Portail Web du Pas de Calais

Référencement gratuit de votre site, cliquez ICI  - Lisez les mentions légales afin de savoir si votre site répond aux critères d'inscription

L'annuaire est gratuit, mais un lien sur votre site est le bienvenu, cliquez ici pour obtenir le code

Pas-de-Calais : le jeune homme sauve une centenaire d'une maison en flammes

Un jeune homme a sauvé des flammes une centenaire, dans la nuit de samedi à dimanche, à Isbergues près de Lens (Pas-de-Calais). Avant l'arrivée des pompiers, il a préféré casser une fenêtre pour pouvoir extraire la vieille dame.

Il a décidé de ne pas attendre l'arrivée des pompiers. Un jeune homme a eu le courage de secourir une centenaire, à Isbergues près de Lens (Pas-de-Calais), dans la nuit de samedi à dimanche, alors qu'elle était dans une maison en flammes. 

Il casse une fenêtre pour la sauver

Selon La Voix du Nord, sentant une odeur de brûlé, une famille décide de quitter leur domicile. Tandis qu'un incendie se propage, la vieille dame âgée de 102 ans est restée prisonnière à l’intérieur. Prenant son courage à deux mains, le beau-fils prend l'initiative de casser une fenêtre, pénètre dans la maison et réussit à la sortir indemne.

Ils seront finalement accueillis chez des riverains, tandis que l'incendie se propagera sur une maison mitoyenne. Au total, il aura fallu environ quatre heures aux pompiers pour arriver à circonscrire l'incendie. Personne n'a été blessé. La centenaire a été hospitalisée à titre prévenif.

source : métronews

Feuchy : Atteinte au patrimoine !!

feuchy.jpg

Ce vendredi matin, les habitants de Feuchy ont découvert avec stupeur que la statue en bronze du monument aux morts avait été volée. Il s'agissait d'une oeuvre réalisée par le sculpteur lillois Jules-Déchin, qui s'était servi de sa fille comme modèle pour représenter la patrie.

 L'oeuvre, lourde de près de 400 kilos, avait été rénovée en 2004. Elle rend hommage aux enfants de Feuchy morts pendant la Première Guerre mondiale.

«  Franchement, on est dégoûtés, témoigne Michaël Machan, le maire de la commune. Ce monument a une histoire. C'est écoeurant ». De son côté, son épouse Aurélie, présidente de l'association patrimoniale de Feuchy Au Fil du Temps, est aussi très peinée : « On se demande où on va. Cette statue faisait partie de nos racines ».

Une enquête a été ouverte par la gendarmerie et des analyses scientifiques sont en cours.

Le 2 décembre déjà, à Bucquoy, près d'Arras, une statue similaire de 200 kg avait été dérobée... au monument aux morts.

Source : Lavoixdunord

Le dixième livre du Mazingarbois Franck Thilliez, "Vertige" en vente

Un week-end "tendu" pour Franck Thilliez. 40 000 exemplaires de son dernier ouvrage, "Vertige", seront disponibles dans les librairies et 10 000 autres sont déjà imprimés dans l'attente de ruptures de stock.

C'est parce qu'éditeur et libraires s'y attendent : « Un Thilliez, ça s'arrache à près de 50 000... ». D'ailleurs, tout est prêt pour favoriser la diffusion : un plan de lancement de l'entreprise éditrice avec affichage massif dans les gares, pubs dans les gros hebdomadaires nationaux... Télévisions aussi : ce jeudi soir sur France 2, lundi sur TF1 dans l'émission de Michel Field, "Au Field de la nuit". France Bleu, Paris Match, Télé 7 Jours suivront... Par contre, cette fois, l'auteur n'a pas souhaité promouvoir la sortie du livre par une tournée : il faut dire que la dernière était déjà de taille et il revient tout juste d'Italie, trois jours à Milan pour y rencontrer toute la presse transalpine et présenter "Le syndrome E", son antépénultième opus, avant d'en faire prochainement de même à Madrid ! Ensuite, il sera à la foire du livre de Francfort où un dîner sera organisé en son honneur rassemblant les dix éditeurs étrangers différents qui publient "Le syndrome E" dans leur langue respective ! C'est que Franck Thilliez est aujourd'hui lu dans le monde entier. À la fin de l'année prochaine, il le sera même en anglais : le puissant éditeur américain Penguin assure actuellement la traduction du "Syndrome E".

Plus d'un million de livres vendus
À 38 ans, Franck Thilliez est donc aujourd'hui ce qu'on appelle un auteur consacré, à succès, connu et reconnu de tous, régulièrement classé dans le "top ten" des meilleures ventes de livres. Dans la catégorie roman policier, il est l'une des références françaises au même titre que Jean-Christophe Grangé ou Fred Vargas. Ses deux derniers ouvrages (un diptyque) se sont vendus à 90 000 exemplaires tandis que sortait en poche "Fracture" : 100 000  livres écoulés depuis ! "La chambre des morts", l'histoire qui l'a fait connaître, est son plus gros succès aujourd'hui : plus de 200 000 ouvrages vendus. Les éditions en poche de ses oeuvres participent à une stratégie éditoriale rondement menée : à chaque parution d'une oeuvre originale, Pocket sort l'oeuvre précédente (c'est le cas ce jeudi pour "Le syndrome E"). Mais, grands formats et poches réunis, tout titre confondu, Franck Thilliez dépasse aujourd'hui allégrement... le million de livres vendus.
Cruel qu'avec de tels chiffres il n'accède pas au Parnasse littéraire français. « Jamais les auteurs de polar ne sont reconnus en France ! Les étrangers oui, ils bénéficient comme Coben de couvertures et d'émissions littéraires. Mais le thriller français n'intéresse pas certains critiques, ils considèrent que la littérature de genre n'est pas assez noble, à croire même qu'on ne fait pas partie de la rentrée littéraire ! » Quant à la critique spécialisée, elle est tout acquise. À tel point que Franck Thilliez apprécie aujourd'hui une remarque négative comme dans "L'Express" récemment «...au moins on parle de moi, mes livres existent ! » Pour les fidèles, "Vertige" ne leur permettra pas de retrouver les héros récurrents Sharko et Hennebelle (Thilliez les prépare néanmoins pour 2012) mais un huis clos étouffant, sorte de "Saw" et "127 heures" réunis, tel que l'auteur les adore : « 'est une prise de risque pour un écrivain car il s'agit de créer une ambiance, un vrai défi d'écriture ; ma besace d'écrivain était pratiquement vide au début : juste un type au fond d'un gouffre et on se demande comment il peut s'en sortir »... Un hommage aux personnages de l'extrême avec une construction en puzzle et une fin surprenante comme les affectionne cet ancien ingénieur en informatique.

Christian NOWICKI
n" Vertige" de Franck Thilliez. Édition Fleuve noir.

336 pages. 20,90 euros

Source : L'avenir de l'Artois

Christophe Cloet fabrique la Flamine, sa propre bière, depuis 2010

Ce nom ne vous dit peut-être rien, mais « la Flamine », contraction de « Flamande de la mine », connaît actuellement un vif succès à Ecques et dans le bassin minier, au plus grand plaisir de son créateur et brasseur, Christophe Cloet.


Cet homme de 32 ans originaire de Dunkerque partage sa vie entre Ecques, qui est le village natal de son épouse et dans lequel il joue du tuba au sein de l'harmonie municipale, et Ostricourt où ils se sont installés il y a quatre ans pour le travail. « J'étais ingénieur dans les travaux publics chez Bouygues mais je voulais travailler seul, être indépendant et ma passion pour la bière m'a amené à créer ma brasserie artisanale ».
En effet, Christophe est un passionné et n'en est pas à son coup d'essai puisqu'il était déjà brasseur amateur pendant cinq ans, avant de se lancer dans son entreprise. C'est d'ailleurs au cours de ces années d'entraînement et après 37 tests qu'il a élaborés et mis au point ses actuelles Flamine blonde et ambrée, qui titrent respectivement 5.8° et 6.2° d'alcool. Les bières de la brasserie Flamine sont des bières de fermentation haute, non filtrées, non pasteurisées et refermentées en bouteilles.

Une nouvelle bière commercialisée
Le 1er juin 2010, après une formation brassicole au CFA de Douai, Christophe se lance et crée sa brasserie artisanale à Ostricourt. « J'ai acheté d'occasion deux cuves provenant de Champagne ainsi qu'un tank à lait à des agriculteurs, je les ai transformés pour pouvoir y brasser ma bière et la stocker pendant la période de fermentation et de garde ». Le premier brassin de 2 700 litres de bière blonde a donc été embouteillé en octobre 2010. Aujourd'hui la production 2011 s'élève à 24 000 litres et l'objectif pour 2012 est d'atteindre les 35 000 litres.
Christophe est fier de présenter sa toute dernière bière commercialisée depuis septembre, la Flamine Triple, plus forte en alcool, 8°, et qui développe une belle rondeur en bouche grâce à ses quatre malts d'orge.
Les amateurs de bonnes bières apprécieront ses notes fruitées et sa présence généreuse ainsi que sa mousse abondante et crémeuse. La blonde, quant à elle, se distingue grâce au clou de girofle qui lui confère une personnalité originale. L'ambrée est, elle, marquée par le goût de la coriandre mariée à un subtil mélange de malts légèrement caramélisés. Christophe Cloet devrait élaborer de nouveaux brassins pour 2012 : une bière de printemps et une de Noël, avis aux amateurs !

Coraline VANDENBOSSCHE
- Où trouver les bières Flamine ? Vous trouverez la Flamine à l'épicerie d'Ecques mais aussi dans celles de Saint-Omer et Aire-sur-la-Lys ainsi que chez les primeurs, les jardineries et les magasins spécialisés dans les produits du terroir de l'Audomarois et de tout le Nord/Pas-de-Calais.
Contact : Christophe Cloet est installé au 417 rue du Docteur-Guérin à Ostricourt, vous pouvez le joindre au 06 74 99 22 81.

Source : Echo de la Lys

Vous êtes le 240343ème visiteur

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site